J'ai eu quelques soucis en matière de logistique littéraire cette semaine... En général, j'ai un livre dans les mains, et 2 ou 3 autres qui attendent leur tour sur ma table de chevet (ou plutôt, sur ma boîte à chaussures de chevet, on fait avec ce qu'on a...) alors je réussis à me tenir à un rythme d'un livre par semaine à vous présenter dans la chronique du vendredi. Mais cette semaine, ô malheur ! j'ai abandonné un livre, du coup, tous mes plans de lecture se sont retrouvés chamboulés ! Je file donc à la bibliothèque lundi pour vite trouver quelque chose à lire cette semaine, et comble du désespoir, j'avais oublié que la bibliothèque était fermée le lundi ! Qu'à cela ne tienne, j'y retourne mardi avec une wishlist raccourcie, et là, dilemme : qu'est-ce que je pourrait bien emprunter que je puisse lire avant vendredi, et que choisir entre un livre faisant partie de mon Challenge ou un livre pour le Cercle de lecture ? C'est là que je le vois, sur l'étagère du rez-de-chaussée, bien en vue. Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé. Parfait ! D'une pierre, deux coups, puisqu'il fait partie à la fois de la liste du Baby Challenge et du Cercle de lecture du mois d'avril !

Pour la petite histoire (promis, une dernière, après je vous parle du livre !), Le soleil des Scorta m'a depuis un bon moment été chaudement recommandé par ma mère, mais j'ai surtout tourné autour, pas super emballée par la quatrième de couverture... Quand j'ai choisi le thème Histoires de famille pour la première ronde du Cercle, il est réapparu dans la liste (encore une fois sur les bons conseils de Maman), et je me suis dit "bof, j'en lirai certainement un autre..." Puis, je le retrouve encore une fois en m'inscrivant au Baby Challenge de Livraddict ! Alors, en le voyant sur sa petite étagère de la bibliothèque, je me suis dit qu'il allait bien falloir que je le lise de toute façon... Et après l'avoir ouvert, impossible d'en décrocher !

 

scorta

Quatrième de couverture

L'origine de leur lignée condamne les Scorta à l'opprobre. A Montepuccio, leur village d'Italie du Sud, ils vivent pauvrement, et ne mourront pas riche. Mais ils ont fait voeu de se transmettre de génération en génération, le peu que la vie leur laisserait en héritage. Et en dehors du modeste bureau de tabac familial, créé avec ce qu'ils appellent "l'argent de New York", leur richesse est aussi immatérielle qu'une expérience, un souvenir, une parcelle de sagesse, une étincelle de joie. Ou encore un secret. Comme celui que la vieille Carmela confit au curé de Montepuccio, par crainte que les mots ne viennent très vite à lui manquer.
Roman solaire, profondément humaniste, le livre de Laurent Gaudé met en scène, de 1870 à nos jours, l'existence de cette famille des Pouilles à laquelle chaque génération, chaque individualité, tente d'apporter, au gré de son propre destin, la fierté d'être un Scorta, et la révélation d'un bonheur.


Logo Coup de coeur


Mon avis

Eh bien, finalement, il s'agit d'un énorme coup de coeur ! Dès les premières pages, j'ai été complètement transportée dans les Pouilles, si bien que je ne voulais plus les quitter. L'écriture de Laurent Gaudé est très efficace, les phrases courtes intensifient le récit et les mots sont incroyablement bien choisis. A travers les époques, l'auteur nous présente l'histoire de cette famille d'un petit village du Sud de l'Italie qui, de génération en génération, tente de s'en sortir et de faire son chemin malgré l'origine crapuleuse de ses ancêtres. Un récit on ne peut plus réaliste, si bien qu'au fil de la lecture, on réussit presque à sentir le soleil brûlant sur notre peau et le goût des tomates séchées et de l'huile d'olive mûre dans notre bouche.
Chaque membre de cette famille porte un trait de caractère propre à lui seul, ce qui rend tous les personnages uniques et attachants malgré tout.  On sent chez les Scorta la détermination : ils sont fiers de ce qu'ils sont et le revendiquent. Ils ont le sens de l'honneur, et il n'est rien de plus important pour eux que la famille. Si bien qu'en lisant leurs aventures, on se sent proche d'eux, presque au point de faire partie du clan, ou du moins d'avoir envie d'en être. Le personnage de Carmela est, selon moi, le plus fort : seule fille du clan, c'est elle qui a tout porté sur ses épaules, qui s'est battue jusqu'au bout, en cachette, pour que les Scorta redorent leur blason, et qui confesse leur secret pour que jamais leur histoire ne s'oublie. Dans ce roman, j'ai apprécié le fait que chaque personnage joue un rôle clé, même les personnages secondaires comme les curés qui se succèdent et les commères du village. 
Pour des raisons plus personnelles, ce roman a véritablement éveillé en moi de fortes émotions. La fin du récit m'a arraché un grand sourire d'espoir, et j'aime imaginer que la tradition des Scorta se poursuit après la fin du roman, que leur secret continue de se transmettre au-delà de Montepuccio. Laurent Gaudé nous livre ici une magnifique saga familiale et une belle leçon de vie.


74170145_p 

Mon score actuel : 4/20 

Logo Cercle

Ronde d'avril




Et si vous ne savez pas quoi lire en ce moment, allez jeter un oeil au dossier Coups de coeur lecture de mars de Hellocoton ! Vous pourrez y trouver quelques revues de blogueuses, dont la mienne sur La fille du directeur de cirque :)

Bon weekend !