Bon, après tout ce remue-ménage sur le blog depuis le début de la semaine, je peux enfin vous présenter une nouvelle chronique ! Entre ma recherche de titres pour la deuxième ronde du Cercle et l'organisation du swap, j'ai pu trouver une petite heure pour dévorer Oscar et la dame rose d'Eric-Emmanuel Schmitt.

 

oscar-10

 

Quatrième de couverture

Voici les lettres adressées à Dieu par un enfant de dix ans. Elles ont été retrouvées par Mamie-Rose, la "dame rose" qui vient lui rendre visite à l'hôpital pour enfants. Elles décrivent douze jours de la vie d'Oscar, douze jour cocasses et poétiques, douze jours pleins de personnages drôles et émouvants.
Ces douze jours seront peut-être les douze derniers. Mais, grâce à Mamie-Rose qui noue avec Oscar un très fort lien d'amour, ces douze jours deviendront légende.


Logo Coup de coeur


Mon avis

 Ce court roman a réussi à me réconcilier avec Schmitt, après mon échec avec La femme au miroir. 100 pages, c'est tout ce qu'il faut pour s'attacher à Oscar et à sa Mamie-Rose qui lui invente de belles histoires pour lui remonter le moral. Oscar est atteint d'une leucémie, il sait qu'il va mourir mais tout le monde autour de lui persiste à le lui cacher. Tout le monde, sauf Mamie-Rose, qui lui parle presque comme à un adulte, et qui lui conseille d'écrire des lettres à Dieu. La plume d'un enfant est toujours très touchante, surtout quand il possède un esprit plus aiguisé que la moyenne. Oscar écrit donc tous les jours à Dieu comme on écrit à un ami, pour lui décrire ses journées à l'hôpital, ses relations avec ses parents, ses émotions, son coeur qui s'emballe près de Peggy Blue, et la tendresse qu'il éprouve pour sa dame rose. 
J'ai beaucoup aimé le style de ce récit, mêlant la naïveté de l'enfance et la réalité de la maladie. J'ai aimé la façon dont Oscar raconte ses journées, comme si le temps avait une autre dimension et que toute sa vie défilait à vitesse rapide. Tous les personnages sont attachants, même si la plupart ne sont pas beaucoup développés, dû à la longueur du roman. La maladie infantile n'est pas un sujet très gai, mais Eric-Emmanuel Schmitt a su ne pas tourner cette histoire au mélodrame ni au pathétique. Ce récit s'inscrit dans Le cycle de l'Invisible qui comporte 3 romans incluant la religion. J'ai aimé voir comment l'impact de la Foi a été amené ici, apportant une touche d'espoir à Oscar et à sa Mamie-Rose.
Oscar et la dame rose est incontestablement un de ces romans qui nous marquent et dont la lecture ne nous laisse pas indemnes, je vous le recommande chaleureusement ! 

 

74170145_p

Lecture 7/20


schmitt_ee

Lecture 2/4


 

Je suis absente à parti d'aujourd'hui jusqu'à lundi, mais j'essaye d'avancer mes lectures pour pouvoir vous préparer quelques chroniques à lire en mon absence, et je lirai tous vos commentaires et vos nouveaux billets dès mon retour ;)