De mon côté de l'Atlantique, nous avons été très chanceux ces derniers jours, puisque nous avons eu le droit à un grand soleil et à de très belles températures qui m'ont permis d'avancer dans mes lectures à un rythme incroyable ! En effet, quoi de mieux que de passer une après-midi à se prélasser au soleil en compagnie d'un bon bouquin et d'un bon thé glacé fait maison ? ;) J'essaye d'avancer dans mes challenges en cours, j'ai donc lu Moins que zéro de Bret Easton Ellis.

 

534184_3664061833166_1023348255_3286354_448622169_n

(une petite preuve du beau temps auquel on a eu le droit ce weekend^^)



Résumé

Clay, jeune étudiant sur la côte Est, revient à Los Angeles pour les vacances de Noël. Fils de bonne famille, il a tout pour être heureux : l’argent, les filles, l’accès à tous les plaisirs de la vie…et pourtant il est désabusé. Pendant quatre semaines, il va errer avec ses amis de fêtes luxueuses en boîtes de nuit branchées, s’enivrant de sensations fortes, consumant sa vie par les deux bouts… Mais il constate amèrement que rien ne peut masquer le mal-être propre à sa génération qui a déjà tout …mais qui ne se satisfait de rien.


Mon avis

Je pense que Moins que zéro doit faire partie de ces livres dont on ressort sans trop savoir si on l'a aimé ou non. En tout cas, pour ma part, je suis encore en train d'y réfléchir ! Il s'agit d'une sorte de journal d'un étudiant californien qui retourne chez lui pendant les vacances, et qui décrit tout ce qu'il y vit. Après avoir passé quatre mois dans le New Hampshire, loin de son mode de vie habituel et de son cercle d'amis, Clay retourne aux sources et résume dès le début du roman ce sentiment fréquent que l'on a après s'être éloigné de chez soi trop longtemps : "les gens ont peur de se retrouver". La peur que tout ait changé, la peur de renouer avec ses anciennes habitudes, la peur aussi de se sentir étranger au milieu d'un monde qui n'est plus vraiment le notre... Clay ne nous épargne aucun détail de ses vacances, on connaît tous ses moindres faits et gestes ainsi que les discussions les plus absurdes entre lui et ses amis. J'ai eu souvent le sentiment de ne pas comprendre où l'auteur voulait m'emmener avec ce roman, et j'ai parfois du lire certaines scènes en diagonale. Le ton ambiant est monotone mais décrit parfaitement le sentiment de cet étudiant blasé. Clay est très représentatif de cette catégorie de la jeunesse que l'on appelle dorée : tout leur semble dû et ils ne connaissent pas la juste valeur des choses. Leurs relations sont superficielles et le dialogue familial est rompu. Le personnage de Clay m'a beaucoup agacée tout au long du roman, car je l'ai trouvé beaucoup trop plat, incapable de s'imposer face aux autres et sans aspiration. Il se démarque cependant de ses congénères puisqu'il ne semble pas vraiment apprécier tout cet étalage d'argent et de débauche. En fait, je pense que c'est cette génération qui m'a dérangée, plus que le personnage principal. Beaucoup envient ces jeunes qui ont tout, mais Bret Easton Ellis nous montre ici le gros revers de la médaille, qui a confirmé mon sentiment de départ. Ce roman a donc été pour moi une semi-déception, plus sur le fond que sur la forme puisque la plume d'Ellis m'a quand même plu.

 

challenge1

Lecture 3/41