Bonjour tout le monde ! Me revoici avec une nouvelle chronique aujourd'hui, d'un court récit qui m'a pourtant assez bien accrochée, Milarepa d'Eric-Emmanuel Schmitt :)

 

9782210755314

 

Quatrième de couverture

Simon fait chaque nuit le même rêve dont une femme énigmatique lui livre la clef : il est la réincarnation de l'oncle de Milarepa, le célèbre ermite tibétain du XIe siècle qui vouait à son neveu une haine inexpiable. Pour sortir du cycle des renaissances, Simon doit raconter l'histoire des deux hommes, s'identifiant à eux au point de confondre leur identité à la sienne. Mais où commence le rêve, où finit le réel ?
Eric-Emmanuel Schmitt, dans ce monologue qui est aussi un conte dans l'esprit du bouddhisme tibétain, poursuit son questionnement philosophique : la réalité existe-t-elle en dehors de la perception que l'on en a ?

 

Mon avis

Plus je lis les romans et récits d'Eric-Emmanuel Schmitt, plus je m'émerveille devant sa capacité à toujours trouver les mots justes et efficaces pour nous transporter dans son histoire et nous faire partager une foule de sentiments incroyables. Milarepa est un tout petit récit d'à peine 70 pages, et j'avoue avoir eu un peu peur au début de ne pas avoir le temps de me laisser transporter et de terminer le livre en restant sur ma faim. Apparemment, j'ai jugé le livre bien trop vite ! L'histoire de Simon, qui serait la réincarnation de Milarepa, m'a littéralement emportée au Tibet, et j'ai été prise dans ce petit conte et dans les leçons qu'il nous enseigne. On part donc en voyage, à travers le récit du rêve de Simon, et on découvre l'histoire de Milarepa, qui se retire de son village natal pour chercher l'enseignement d'un grand maître bouddhiste afin d'expier les choses terribles qu'il a fait subir à sa famille.
On comprend la haine que ressent Simon dans sa vie antérieure pour son neveu, mais l'histoire est véritablement ciblée sur Milarepa et sur sa quête du pardon et de la repentance. Dans son Cycle de l'Invisible, Eric-Emmanuel Schmitt introduit dans chaque récit ce que peut apporter la foi à ses personnages, et on en a encore la représentation ici. Milarepa, grâce aux valeurs enseignées par la religion bouddhiste, trouve une paix intérieure qui lui permet de changer du tout au tout et d'évacuer sa colère pour devenir une meilleure personne et faire le bien autour de lui. On voit aussi comment un tel changement est perçu de l'autre côté par ses proches qui ont été témoins de la personne qu'il était avant sa "transformation" et qui ont du mal à y croire. Etant moi-même croyante, lire ces petits récits me font le plus grand bien, car ils me confirment les pouvoirs de la foi et ce dans n'importe quelle religion. Milarepa est un petit récit qui ne manquera pas de ravir tous ceux qui cherchent à s'évader et qui aiment le genre littéraire du conte !

 

schmitt_ee

Lecture 3/4

 

76586717_p

(67 pages) 2/11