J'ai eu la chance de recevoir il y a quelques semaines Cent cinquante pulsations de Laurent Boyet, en partenariat avec Livraddict et très gentiment envoyé par l'auteur. En postulant pour ce partenariat, j'avoue que j'avais lu le résumé en diagonale et que je me lançais dans ma lecture sans savoir exactement de quoi il en retournait, et j'ai été très agréablement surprise par ce petit roman au sujet très délicat mais admirablement bien mené !

 

cent-cinquante-pulsations

 

Quatrième de couverture

Tout aurait pu sourire à Watson Epps, instituteur noir, sans histoire et bien élevé, en poste à Clarksville, dans le comté de Red River, au Texas. Pourtant, à Huntsville, Watson Epps est dans le centre d’exécution des condamnés à mort, Ellis Unit. Dans quelques minutes, il va mourir par injection létale. De sa cellule au fauteuil où la mort doit venir le cueillir, il revient 18 ans en arrière, à ce jour où il est devenu l’assassin du sheriff de Clarksville, Doug Brooks. Eileen Brooks est quant à elle coincée dans une voiture, quelque part entre Chicago et Huntsville. Elle accompagne son fils, Justin, qui attend depuis 18 ans que justice soit faite et que l'assassin de son héros de père ait enfin ce qu'il mérite. Ne pouvant plus se dérober, ni se cacher dans la fuite ou dans l’alcool, Eileen doit répondre aux questions de son fils, revenir à son tour 18 ans en arrière pour tenter d'expliquer à Justin qui était vraiment son père et pourquoi, comment il est mort.
Au rythme de son cœur qui s'emballe à l’approche de la mort, et sur fond d’une très belle histoire d’amour, Watson Epps nous plonge dans une Amérique surannée, mais pourtant pas si lointaine, celle de Reagan, de la ségrégation qui persiste, du racisme, celle des coins perdus du Texas. Au fil des kilomètres, des grandes villes américaines traversées, Eileen livre enfin sa vérité, celle où, au Texas, les hommes (blancs de préférence) sont plus forts qu'ailleurs. Lorsque le roman commence, Watson Epps en est déjà à 150 pulsations. Eileen et Justin sont sur la Route 61, dans le Missouri, à 10 heures de l'exécution...

 

Mon avis

Il s'en est fallu de peu pour que ce roman soit un coup de coeur ! Je l'ai dévoré en à peine deux soirées, il m'était impossible de décrocher. Comme je l'ai dit plus haut, j'ai vraiment été très agréablement surprise par ce récit qui aborde un sujet très délicat avec une plume très juste et franche. Dès le début du récit, le décor est planté : on est dans la tête de Watson Epps, cet ancien instituteur Noir qui a assassiné le sheriff de la ville il y a dix-huit ans. Il est dans le fameux couloir de la mort et vit ses derniers instants avant de se préparer à recevoir l'injection léthale qui le punira pour son crime. J'ai trouvé très intéressant le fait de se trouver dans la tête de l'assassin, du condamné à mort. Au fur et à mesure qu'il s'approche de la sentence, les pulsations de son coeur accélèrent et marquent le rythme du récit. Ici, il n'y a pas de jugement : on nous présente seulement un homme qui avance vers son destin et qui revoit le film de sa vie. La structure narrative m'ai un peu perturbée au début, puisque c'est une narration à plusieurs voix et qu'on a parfois du mal à savoir qui parle, mais j'ai réussi à m'y adapter et j'ai finalement trouvé que cela apportait un plus au récit. Les pensées de Watson dans le couloir de la mort sont celles qui m'ont le plus touchée, j'ai vraiment apprécié cette introspection. Concernant l'histoire de fond, elle aussi est particulièrement touchante. Bien qu'on se doute rapidement de ce qui a mené à l'assassinat du sheriff, la fin apporte un rebondissement inattendu et rend cette histoire encore plus poignante. Ce coup de théâtre a d'ailleurs bien failli faire monter les larmes à mes yeux, car il change tout le cours de l'histoire et nous montre un acte de sacrifice et d'amour si puissant que j'ai du relire plusieurs fois les dernières lignes pour bien m'en imprégner et réaliser ce qui s'était passé. J'ai également aimé les précisions historiques qui agrémentent le récit de temps à autres, j'en ai beaucoup appris sur l'Amérique profonde et ségrégationniste et j'ai aimé voir à quel point l'auteur maîtrisait son sujet. Vous l'avez compris, ce roman est une très belle découverte et je remercie grandement Livraddict et Laurent Boyet de m'avoir permis de ne pas passer à côté !

 

bannirechallenge

16ème lecture

 

cercledelecture2013

Ronde de février/mars

 

76586717_p