Aujourd'hui je viens vous parler d'un livre un peu différent, que j'ai eu l'occasion de parcourir pendant mon week-end chez ma maman, au titre aussi beau que sa couverture : Les femmes qui lisent sont dangereuses de Laure Adler et Stefan Bollmann.

 

549198_10150896653187645_794702644_9645605_937992749_n

 

" Les livres ne sont pas des objets comme les autres pour les femmes ; depuis l'aube du christianisme jusqu'à aujourd'hui, entre nous et eux, circule un courant chaud, une affinité secrète, une relation étrange et singulière tissée d'interdits, d'appropriations, de réincorporations. "

Dans Les femmes qui lisent sont dangereuses, Adler et Bollmann nous présentent un large éventail, non exhaustif, de représentations artistiques mettant en scène la femme et le livre. On a longtemps interdit la lecture aux femmes, leur préférant des activités plus terre-à-terre comme la couture, la vie religieuse ou les occupations domestiques. L'avant-propos des deux auteurs est très complet et instructif quant à la relation qu'a entretenu la femme avec la lecture. Du Moyen-Âge à nos jours, différents types de lectrices se sont succédés, et le livre occupe différents rôles. Les oeuvres présentées, de façon chronologique en suivant l'utilisation du livre, sont accompagnées d'un commentaire analytique très enrichissant de la part des auteurs. À travers ce superbe ouvrage, on en apprend beaucoup sur la relation des femmes avec le livre, et sur l'utilisation qu'elles en font. À parcourir absolument s'il croise un jour votre route, et indubitablement à offrir aux amoureux des arts et de la lecture !

 

LIOTARD_MarieAdalaideOfFrance_thumb

Jean-Étienne Liotard. Madame Adélaïde, 1753

 

500px_Deineka

Alexander Alexandrowitsch Deineka. Jeune Femme au livre, 1934

 

eve_arnold__marilyn_monroe_lit_ulysse02_4011

Eve Arnold. Marylin lit Ulysse, 1952.

 

Franz_Eybl_Girl_Reading

Franz Eybl. Jeune Fille lisant, 1850