Et oui, je suis enfin de retour sur la blogo, mieux vaut tard que jamais ! Ce semestre a été très riche en émotions et complètement hors de contrôle, le temps et la motivation m'ont cruellement manqué, si bien que j'ai laissé énormément de choses de côté, et qu'après un certain temps, j'ai eu du mal à tout remettre en ordre... Mais avec les vacances qui approchent, je retrouve un certain équilibre et j'en profite pour m'occuper de remettre sur pied ce qu'il me reste à reprendre, en commençant par les chroniques ! Alors pour ce début de retour, j'aimerai vous parler d'un de mes coups de coeur de l'été, Le chasseur d'âmes de Michael White.

couv44755261

 

Quatrième de couverture

Le Sud des États-Unis, 1850. Pour Augustus Cain, chasseur de primes, coureur et joueur invétéré, ramener à un riche planteur de Virginie une belle esclave métisse enfuie, c'est un moyen de gagner beaucoup d'argent. Pour la fière et farouche Rosetta, rejoindre le Nord, en échappant à un mâitre cruel et pervers, c'est l'espoir de conquérir sa liberté. Mais si Cain se lance aux trousses de la jeune femme avec son arrogance coutumière, la force de caractère de Rosetta va rapidement jeter le trouble dans son esprit et le faire douter de la légitimité de cette traque.

 

Logo Coup de coeur

 

Mon avis

En se promenant sur la blogosphère, on peut faire des trouvailles absolument merveilleuses, et ce roman en est la preuve. Je n'en aurais probablement jamais entendu parler si je n'étais pas tombée sur l'avis élogieux de Lavinia, qui m'a directement convaincue qu'il me fallait absolument ce livre! Le thème de l'esclavage est un sujet qui me passionne et qui m'intrigue beaucoup, il était donc évident que ce roman avait toutes les chances de me plaire, et ce fut largement le cas!
Dans Le chasseur d'âmes, on suit Augustus Cain, l'anti-héros par excellence : un homme désabusé et aigri, qui ne jure plus que par l'alcool et les jeux d'argent. Sa spécialité? Traquer les esclaves en fuite pour les ramener à leurs maîtres et les abandonner à leur misérable sort. Alors qu'il cherche à raccrocher, il se retrouve avec une ultime mission : retrouver Rosetta, la favorite de Mr Eberly, un riche esclavagiste envers qui il a une dette. Cain se retrouve à arpenter les routes en direction du Nord abolitionniste, terre sainte des esclaves en quête de liberté, avec des compagnons de route assez patibulaires et méfiants.
Le contexte historique est très bien expliqué, dès les premières pages on se retrouve plongé au cœur de l'Amérique du temps de la Guerre de Sécession. Les descriptions rendent parfaitement l'ambiance de l'époque, et n'épargnent rien de la cruauté de cette période, ce qui offre au récit un réalisme impressionnant. Le voyage de Cain est ponctué de péripéties et d'embûches qui donnent de l'action de temps à autres : les rebondissements sont délectables, mon cœur a sauté des battements plus d'une fois! Les personnages apportent occupent aussi une grande place dans la réussite de ce roman. J'ai trouvé Cain incroyablement attachant : sous sa carapace, on découvre un homme cultivé, tendre et très intelligent. J'ai beaucoup aimé les quelques flash-backs qui nous permettent de comprendre le personnage et de l'apprécier encore plus. Quant à Rosetta, j'ai été très touchée par son histoire, et sa personnalité m'a plu. J'avoue avoir un faible pour ces figures féminines très fortes et intègres, que la vie n'a pas épargnées mais qui gardent leur sensibilité et leur optimisme.
Le roman est structuré en 3 parties, et si la première peut avoir l'air de souffrir de quelques longueurs, celles-ci sont indispensables pour planter le décor et ne rendent finalement pas la lecture laborieuse. La dernière partie est celle qui m'a plu le plus, car c'est là que tout bascule et qu'on découvre tout ce qui constitue l'apothéose de ce roman.
Vous l'avez compris, Michael White m'a complètement conquise avec l'histoire passionnante et touchante d'Augustus et Rosetta! C'est donc évidemment un roman que je recommande avec enthousiasme à ceux qui aimeraient en apprendre plus sur cette période de l'histoire :)