Je continue dans mes chroniques des livres de la sélection pour l'Opération Coup de Coeur... Sacrée petite robe noire de Nathalie Ribierre-Dubile est le premier roman que j'ai eu à lire dans ce cadre, et une première déception...

 

couv-products-79355

 

Quatrième de couverture

Betty est une femme de ministre et passionnée par la mode. Un soir elle rencontre un rappeur et sa vie va en être à jamais bouleversée.

 

Mon avis

Je dois avouer qu'en partant, j'avais quelques à-priori sur ce roman, et malheureusement ils se sont avérés vrais... J'ai lu beaucoup de chick-lit dans mon adolescence, et cette fureur m'est un peu passée, alors c'est avec appréhension que je me jetai dans ce roman. Parlons d'abord des personnages : je les ai trouvés très clichés et prévisibles. Betty m'a insupportée pendant tout le récit ! Superficielle à l'extrême, grande gueule, et pour une femme de ministre, je l'ai trouvée bien vulgaire... Et que dire du rappeur (dont je ne me souviens plus du nom...) ? Violent, drogué, indépendant, macho, bref, tout pour tomber dans le stéréotype ! Cette image est d'ailleurs même allée jusqu'à me choquer, moi qui côtoie beaucoup ce milieu... Quant à l'intrigue, j'ai trouvé que le concept était assez prometteur, mais qu'il a mal été exploité. Les événements s'enchaînent très, trop vite, ce qui m'a donné une sensation d'inachevé, voir de bâclé... Et j'ai trouvé la fin pas assez réaliste et trop difficile à avaler, bien qu'elle ouvre sur une suite. Le style d'écriture n'est, d'après moi, pas assez travaillé, au-delà du fait que la version que nous avons lue n'était pas la version finale recorrigée. 
Je suis désolée de ne pas réussir à nuancer ma chronique, mais ce roman ne m'a définitivement pas plu. J'ajouterai tout de même que, malgré mon avis négatif, j'envisage de lire la suite des aventures de cette drôle de famille, car je pense que l'auteur ne manque pas de bonnes idées et que celles-ci, en étant plus développées, feraient assurément de bons romans de chick-lit !

 

coupdecoeur2013

 

Challenge DF

10ème lecture